EN
1-833-474-9746 EN

7 trucs pour contrôler l’asthme l’hiver

Publié lundi le 29 janvier

7 trucs pour contrôler l’asthme l’hiver

Une chronique signée Daphné Bilodeau, pht, Nxt Generation PHYSIO

Vous souffrez d’asthme et vous redoutez le froid combiné à l’activité physique ? Ici 7 trucs pour contrôler vos spasmes bronchiaux et vous permettre de sortir votre entrainement de course à pied à l’extérieur !

L’exercice lui-même peut être à la base une cause d’hyper-réactivité des voies respiratoires. Par contre, bien contrôlé, il peut même, à moyen-long terme, vous aider à repousser la limite à laquelle une crise d’asthme est déclenchée.

La température, particulièrement sous les -15°C, est aussi un élément irritant pouvant provoquer des spasmes bronchiaux.

1- Prendre le temps de faire un bon échauffement
 
Le fait de s’échauffer avant de débuter l’exercice à pleine intensité a le même effet sur nos voies respiratoires que sur nos muscles : il les préparent et les réchauffent progressivement. De plus, une fois échauffé, il faut considérer que, pour notre corps, il fait 10°C de plus que la température indiquée au thermomètre. De cette façon, le fait que nos bronches soient réchauffés avant d’augmenter l’intensité, diminue le risque de crise d’asthme.

Il vous est également possible d’effectuer votre échauffement, à l’intérieur, avant de sortir si vous préférez. Par contre, il vous faudra suivre le conseil numéro 2 puisqu’un changement brusque de température peut aussi vous irriter.

2- Augmenter l’intensité de votre course progressivement
 
Une fois échauffé, il s’agit de continuer à augmenter l’intensité progressivement afin d’éviter les changements brusques pouvant causer une irritation.

3- Diminuer l’intensité globale de vos sorties de course à pied
 
Comme l’exercice intense est une cause d’inflammation des voies respiratoires, il peut s’avérer nécessaire de diminuer l’intensité globale de votre exercice afin d’éviter les symptômes; surtout pour les premières sorties. Il s’agit d’habituer notre système graduellement.

4- Respirer dans un tissu pour garder l’air inspiré chaud et humide
 
Il faut faire attention d’éviter les tissus emprisonnant l’humidité puisque ceux-ci risquent de geler et ainsi ne pas être efficaces.

5- S’approprier un humidificateur
 
À garder allumé pendant la nuit, dans sa chambre, afin de bien humidifier vos voies respiratoires pendant la saison critique. Le chauffage assèche l’air de la maison. Un humidificateur est une bonne option pour hydrater vos voies respiratoires sèches durant la nuit.

6- Avoir une bonne base d’entrainement avant de débuter l’exercice au froid
 
En effet, l’exercice progressif en intensité fait partie des traitements conseillés pour combattre l’asthme. Ainsi, le fait d’être déjà habitué à la course à pied au chaud fera en sorte de repousser les symptômes de votre asthme à l’entrainement au froid.

7- Prendre le contrôle sur l’inflammation de vos bronches à l’avance : sous conseil médical
 
Il y a possibilité de débuter les pompes de corticostéroïdes sous prescription médicale de 1 à 2 fois par jour et ce environ un mois avant la saison, afin de prévenir. Il y a une inflammation de base dans les tuyaux des poumons par-dessus laquelle l’inflammation aigüe se bâtie. Si celle de base est contrôlée, il y a moins de risque qu’une crise se déclenche. Il est aussi recommandé de prendre votre pompe de bêta-2-agonistes, sous prescription, 15 minutes avant l’exercice, afin de contrôler l’inflammation aigüe.

Pour plus de renseignements, n’hésitez surtout pas à nous écrire à [email protected]

Daphné Bilodeau 
Physiothérapeute
Nxt Generation PHYSIO

Suivez mes pages Facebook  et Instagram  pour en découvrir plus! 🙂

Nouvelle précédente

Le CrossFit, l’opinion d’une physio

Nouvelle suivante

Pyeongchang 2018 | les 7 atouts qui forment les meilleurs patineurs de vitesse

Suivez-nous:

Autres nouvelles

Les nouvelles semblables à celle-ci