EN
1-833-474-9746 EN

DOULEUR : CLAQUAGE MUSCULAIRE

Publié lundi le 27 novembre

DOULEUR : CLAQUAGE MUSCULAIRE

Un claquage musculaire survient généralement lors d’un effort intense accompagné d’un étirement du muscle touché. Il s’agit en fait d’un étirement ou d’une déchirure musculaire de sévérité variable. Il provoque une sensation de claquement et une douleur vive et force un arrêt immédiat de l’activité en raison de la douleur. Les claquages musculaires sont classifiés selon trois catégories.

Le premier grade consiste en une élongation du muscle avec des dommages aux cellules musculaires, sans déchirure. Une douleur sera présente au mouvement lors de la contraction et de l’étirement du muscle. Une perte de force peut être présente.

Le deuxième grade concerne une déchirure musculaire partielle, généralement visible à l’échographie musculaire. Une diminution de force et une douleur vive à l’étirement du muscle seront évidentes. Selon la gravité et le type de déchirure, une chirurgie peut être nécessaire dans de courts délais pour rattacher les sections du muscle et permettre la cicatrisation.

Finalement, le troisième grade est une déchirure complète du muscle. À ce moment, une perte de force importante ou totale est notée ainsi qu’un saignement sous-cutané important. Une chirurgie est à ce moment nécessaire immédiatement pour rattacher les sections du muscle et permettre la cicatrisation. Il s’agit d’une urgence médicale et la chirurgie doit-être effectuée dans les heures suivant la déchirure pour des résultats optimaux.

Les signes de claquage mentionnés plus haut, tel que la douleur ou la diminution du mouvement et de la force sont souvent proportionnels à la gravité du claquage. Dans tous les cas, un repos relatif doit permettre de protéger le muscle, pour éviter d’augmenter les dommages musculaires. Ce repos n’est pas complet et doit inclure des exercices circulatoires pour maintenir une bonne circulation sanguine dans la région atteinte et favoriser la cicatrisation de la blessure. Il est très important de traiter un claquage musculaire pour éviter un affaiblissement du muscle et une compensation par les autres muscles ou le côté opposé (surtout pour les jambes). Ceci met en danger les autres muscles et augmente le risque de récidive au même muscle lors du retour au sport.

Nouvelle précédente

DOULEUR OU PINCEMENT À L’AINE

Nouvelle suivante

RÉADAPTATION POSTOPÉRATOIRE EN ORTHOPÉDIE

Suivez-nous:

Autres nouvelles

Les nouvelles semblables à celle-ci