EN
1-833-474-9746 EN

Traiter les troubles musculosquelettiques avec des cellules souches

Publié vendredi le 01 octobre

Traiter les troubles musculosquelettiques avec des cellules souches

Hayley Lippiatt, pht., Audrey-Anne Cormier, pht. et Gabrielle Picard, rédactrice, Nxt Generation PHYSIO.

Plus de 250 000 déchirures du ligament croisé antérieur (LCA) surviennent annuellement en Amérique du Nord. La reconstruction, en plus d’être très coûteuse pour le système de santé, ne garantit pas une récupération complète. Bien que le taux de succès de la reconstruction du LCA par arthroscopie soit de près de 80%, le processus de guérison est lent et environ 10 à 15% des patients nécessitent une intervention additionnelle après l’opération. Nos deux physiothérapeutes, Hayley Lippiatt et Audrey-Anne Cormier se sont penchés sur le sujet de l’utilisation des cellules souches pour le traitement des troubles musculosquelettiques tels que les tendinopathies et les problèmes de ligament croisé antérieur (LCA)

Comme la guérison des tendinopathies peut être longue et qu’il n’est pas rare que les patients souffrent d’une nouvelle déchirure, les deux physiothérapeutes ont décidées d’entreprendre des recherches sur l’utilisation de cellules souches dans le traitement des tendinopathies et des problèmes de ligament croisé antérieur. Voici leurs conclusions sur ce traitement expérimentalreconstruction ACL

 

Pourquoi penser cellules souches dans le traitement des troubles musculosquelettiques ?

– Lors de traitements conventionnels, la guérison est souvent inefficace pour plusieurs tissus conjonctifs. Ainsi, les tissus, muscles et articulations voisines ne récupèrent pas toujours complètement après une blessure. 
– Certains patients répondent peu aux traitements et doivent trouver des alternatives.
– Les traitements conventionnels connaissent un succès faible à modéré.
– Le nouveau tissu, suite à la guérison, est de moindre qualité et a de moins bonnes propriétés mécaniques

D’abord, qu’est-ce qu’une cellule souche?

Il s’agit d’une cellule ayant la capacité de se différencier et de se multiplier pour constituer un nouveau tissu. Il est possible d’extraire les cellules souches à partir de la crête iliaque, des tissus adipeux ou par perforation osseuse

cellules souches

 

En conclusion

La recherche de nos physiothérapeutes a démontré que ce traitement s’avère très sécuritaire et qu’il y a très peu d’effets adverses. On observe aussi une diminution du risque de nouvelles déchirures à long terme à la suite de traitements par l’utilisation de cellules souches. 

Cependant, il manque encore de données et d’évidences scientifiques pour être convaincu de l’efficacité de cette nouvelle technique quant à la réadaptation des patients. Le traitement reste expérimental et est encore soumis à des observations.

Nous en saurons bientôt davantage sur ce nouveau traitement. Restez à l’affût ! 

Pour en savoir plus sur le sujet, n’hésitez surtout pas à poser vos questions à nos physiothérapeutes Hayley et Audrey-Anne lors de votre rendez-vous. 

 

Nouvelle précédente

Comment bien choisir et ajuster son sac à dos à temps pour la rentrée

Nouvelle suivante

Utilisez la saison morte pour régler vos douleurs qui trainent

Suivez-nous:

Autres nouvelles

Les nouvelles semblables à celle-ci