EN
1-833-474-9746 EN

La motivation dans le sport de l’escalade

Publié mercredi le 26 mai

La motivation dans le sport de l'escalade

Dave Desmeules-Doan, pht., Nxt Generation PHYSIO

La motivation : ce concept parfois difficile à comprendre. Elle est toutefois présente (ou pas) dans toutes les sphères de notre vie, personnelle ou professionnelle. Moi qui suis un adepte de sport de grimpe, je me suis récemment demandé quelle était ma motivation à l’escalade. Et surtout, je me demande comment je peux influencer cette motivation pour continuer à progresser tout en ayant du plaisir? Cette question m’est venue après avoir écouté une émission de baladodiffusion qui traitait de la psychologie.

escalade motivation

 

La théorie de l’autodétermination

D’abord, il est nécessaire de comprendre quelques notions en lien avec la motivation. Selon la théorie de l’autodétermination de Deci et Ryan, il existe trois principaux types de besoins psychologiques.

Besoin d’autonomie : se sentir libre de faire ses choix, de se percevoir comme étant la force à l’origine de nos actions;
Besoin de compétences : gérer efficacement son environnement, relever des défis, exprimer et développer ses capacités;
Besoin d’affiliation : le fait d’appartenir à un groupe, d’avoir des relations satisfaisantes, de recevoir et d’exprimer de la considération et de l’attention.

À partir de ces trois besoins fondamentaux découlent différents niveaux de motivation. De la motivation la plus à la moins autodéterminée, nous pouvons pratiquer l’escalade de façon :

1. Intrinsèque : pour avoir du plaisir
2. Intégrée : parce que je suis un adepte de sports de plein air
3. Identifiée : parce que je trouve ça important pour ma santé
4. Introjectée : pour bien paraître
5. Externe : parce qu’on m’a dit de faire de l’activité physique

Ceci dit, certaines études ont démontré que les individus qui commencent à pratiquer une activité sportive le font souvent par motivation identifiée. Par la suite, l’adhésion ou la poursuite de la pratique dans le temps seraient davantage présentes si les gens y trouvent un forme de plaisir (intrinsèque). 

Pour ma part, j’ai commencé l’escalade en voyant une belle opportunité pour me mettre en forme en faisant un entraînement fonctionnel. Au fil du temps, j’ai appris à aimer de plus en plus la pratique pour son caractère social, pour m’amuser à l’extérieur, pour le caractère intellectuel de résolution de problèmes et le raffinement de ma gestuelle.

Garder motivation à l'escalade

 

Comment maintenir sa motivation à la pratique de l’escalade?

Pour garder sa motivation à l’escalade au top,  je vous encourage d’abord à discuter le plus possible avec les autres grimpeurs. En effet, vous aurez beaucoup plus de plaisir ainsi. Que ce soit pour perfectionner un bêta (séquence de mouvements), pour obtenir différents conseils (entraînement, équipement, endroits où grimper etc.) ou tout simplement pour faire de nouvelles rencontres, échanger est la clé!  

Je vous encourage aussi à laisser votre ego de côté lorsque vous grimpez! Chaque personne a ses propres forces et faiblesses. Il est donc possible que la personne à côté de vous parvienne à compléter facilement un problème ou une voie que vous trouviez particulièrement difficile. C’est une belle leçon d’humilité! Pourquoi ne pas en profiter pour réfléchir un instant et/ou demander quelques conseils? Non seulement cela limitera les risques de blessures qui pourraient survenir lorsque l’on s’entête sur un problème ou une voie, mais il s’agit d’une belle opportunité pour cibler nos faiblesses et continuer à progresser. De quoi nourrir votre motivation!

Le travail d'équipe à l'escalade

Ensuite, fixez-vous un objectif précis, avec une durée spécifique en identifiant un projet en intérieur ou extérieur que vous désirez réussir. Puis, prenez une photo et affichez-la clairement à un endroit bien en vue. En étant exposé régulièrement à cette image, cela vous aidera à maintenir le cap vers votre but! Décortiquez les éléments sur lesquels vous devez travailler pour atteindre l’objectif identifié et suivez votre progression. Vous pouvez inscrire les progrès réalisés dans un tableau ou un graphique : le nombre de tractions réalisé, votre temps de suspension à la poutre, le nombre et/ou le niveau de difficulté des problèmes/voies que vous avez fait, etc. 

Si vous avez de la difficulté à identifier les éléments pertinents à travailler en vue de votre objectif, pourquoi ne pas en profiter pour aller discuter avec d’autres grimpeurs ?

Bonne grimpe !

Nouvelle précédente

5 trucs pour éviter les douleurs à l’épaule

Nouvelle suivante

5 trucs de pro pour commencer à courir

Suivez-nous:

Autres nouvelles

Les nouvelles semblables à celle-ci