EN
1-833-474-9746 EN

L’ostéopathie : la clé du succès pour les coureurs?

Publié mardi le 21 juillet

L'ostéopathie : la clé du succès pour les coureurs?

Nina Uytterhaeghe, thérapeute en ostéopathie et kinésiologue et Karolane Landry, chargée de projets communications et marketing, Nxt Generation PHYSIO

Lorsqu’on court, il nous est tous déjà arrivé d’être à bout de souffle. C’est souvent ce qui nous arrête lorsqu’on fait de longues sorties. Pour régler la situation, il faut évidemment travailler notre capacité cardiovasculaire et notre endurance, mais les traitements d’ostéopathie combinés à la physiothérapie peuvent grandement aider.

Comment? Ces deux approches peuvent faire de petits miracles! Nous allons donc vous montrer les perspectives de notre ostéo Nina et de notre physio Dominic pour démontrer comment l’amélioration de votre respiration peut amener de meilleurs résultats à la course.

Le diaphragme, ce muscle méconnu
Pour bien courir, il faut savoir bien respirer. Ce le diaphragme, le muscle de la respiration qui se charge de ce boulot! Comme n’importe quel autre muscle, il peut subir des traumatismes ou être tendu. À titre d’exemple, pensez toutes les fois où vous avez eu le souffle coupé dans votre vie. Ce genre d’incident réduit les adhérences au niveau du poumon et diminue la flexibilité et l’élasticité du diaphragme.

Le problème peut aussi aller beaucoup plus loin. Puisque le diaphragme s’attache au niveau des vertèbres, des côtes et du sternum, lorsqu’il est tendu, il peut même affecter votre posture. Il doit non seulement être capable de bouger pour faire entrer et sortir l’air des poumons, mais c’est aussi un muscle qui consomme de l’oxygène, surtout lorsqu’il est très sollicité comme pendant la course.

Ce sera donc plus facile de l’entrainer à devenir performant lorsqu’il est libre de tensions. C’est exactement ce que peut faire notre ostéo Nina!

Réapprendre à bouger
Avoir une bonne technique de course est une chose, mais il faut aussi que le corps soit capable de la performer.

L’ostéopathe pourra s’assurer que toutes les structures du corps soient bien alignées. Si, par exemple, un des os du pied est coincé, le mouvement de flexion dorsale du pied peut être réduit et cela changera alors la foulée du coureur. Ça pourra ensuite causer toute une chaîne de tensions et de blessures à long terme.

En s’assurant que toutes les structures osseuses et que le système fascial soient libres, qu’il y ait un minimum de tensions musculaires, le coureur pourra adopter une meilleure technique de course et la performer avec moins d’effort.

Nina est également kinésiologue : en combinant l’ostéopathie et la kinésiologie, les résultats seront optimaux. Vous êtes clairement entre de bonnes mains!

Connaissez-vous la diarrhée du coureur?
Plusieurs en souffrent, mais la cause exacte n’est pas encore démontrée scientifiquement.

Deux hypothèses auxquelles nous croyons :
Lors de l’effort physique, les muscles requirent un plus grand apport sanguin. Le système digestif pourrait alors être moins irrigué et les aliments moins digérés.
Le corps doit absorber plusieurs impacts lors de la course. Tout comme la diminution de l’apport sanguin, les aliments passeraient alors passer plus vite à travers le système digestif.

L’ostéopathe peut donc venir aider ce problème en travaillant au niveau viscéral. Cela permettra aux organes d’être libres de tensions et amènera souvent un grand soulagement chez les gens atteints du côlon irritable ou de sensibilité au niveau du système digestif.

Également, il arrive parfois que les viscérales aient des adhérences avec le système musculosquelettique. Par exemple, certaines parties du colon reposent dans les fosses iliaques, mais ne devraient pas être accolées dedans. Si ça arrive, la hanche perdra de sa mobilité puisqu’il y une partie d’intestins à l’intérieur. On sait que, lorsqu’on court, la hanche doit avoir une bonne mobilité pour permettre une bonne foulée. Il se pourrait que ce manque de mobilité vienne non pas du système musculosquelettique, mais bien d’adhérences viscérales.

Encore une fois, il y a peu d’évidences scientifiques puisque les techniques en ostéopathie ont été peu étudiées pour le moment. Les avenues semblent prometteuses et nous sommes convaincus que nous confirmerons beaucoup de bienfaits dans les prochaines années. Pour le moment, il faut l’essayer pour le constater!

Si vous êtes un coureur qui se reconnaît dans cet article, prenez rendez-vous avec Nina.

Nouvelle précédente

6 trucs pour déménager sans se blesser

Nouvelle suivante

5 trucs pour éviter les coups de chaleur lors de votre pratique sportive

Suivez-nous:

Autres nouvelles

Les nouvelles semblables à celle-ci