EN
1-833-474-9746 EN

Top 6 des blessures les plus fréquentes au hockey

Publié lundi le 22 novembre

Top 6 des blessures les plus fréquentes au hockey

Catherine Senez, M.SC, Pht., et Sylvain Girard, Rédacteur, Nxt Generation PHYSIO.

Le hockey est un sport exigeant et rapide, il implique des changements de directions, des mises en échec entre les joueurs et des moments d’arrêts et de départs fréquents. Il n’est donc pas étonnant de voir beaucoup de blessures. Voici celles que l’on retrouve le plus. 

#1 Les commotions cérébrales

Les blessures à la tête ne sont pas les plus fréquentes, mais représentent tout de même 15% des problèmes que rencontrent les joueurs. La plus connue est la commotion cérébrale. Il s’agit d’un traumatisme au niveau du cerveau après un mouvement dans la boite crânienne.  les commotions cérébrales surviennent suite a un impact au niveau de la tête, du cou, du visage ou du corps. Contrairement aux croyances, elles ne sont pas nécessairement du a un coup direct a la tête. En effet, une chute sur les fesses peut très bien provoquer une commotion cérébrale si elle est assez violente pour faire bouger le cerveau dans sa boite cranienne. Selon Santé Canada, il est important de repérer les cas de commotion cérébrale et de suivre attentivement leur évolution.

#2 Les entorses acromio-claviculaire

Douleurs à l'épaule

Vous l’aurez compris, le hockey est un sport de contact. Mais il n’y a pas que la tête qui souffre. Environ 28% des blessures se situent au niveau des membres supérieurs. Luxations, fractures ou contusions sont fréquentes, mais c’est surtout l’entorse acromio-claviculaire que l’on retrouve. Le ligament placé entre la clavicule et l’épaule est blessé suite à une chute ou d’un choc. La gravité de la blessure va dépendre des dégâts causés sur le ligament. Cela va du simple étirement à la déchirure complète du ligament. Selon les cas, si la gravité est moindre il est parfois possible de faire un retour au jeu rapide avec une bonne prise en charge en physiothérapie.

#3 L’entorse du genou

Le bas du corps représente 40% des blessures chez les joueurs de hockey. Comme indiqué plus haut, il s’agit d’un sport avec beaucoup de contact et mise en échec. Il n’est donc pas étonnant de voir un bon nombre d’entorse au genou. En effet, le corps n’aime pas les imprévus : par exemple lors d’une mise en échec ou d’une chute, ce qui peut provoquer une entorse.

Au hockey, il peut se produire un impact amenant le genou vers l’intérieur. C’est donc le ligament collatéral interne qui est le plus souvent touché. Situé comme son nom l’indique, sur le côté intérieur du genou, il peut y avoir plusieurs stades de d’entorse. Allant une fois de plus du simple étirement à la déchirure totale du ligament.

ligament collateral interne genou

#4 Les contusions musculaires aux cuisses

 Avec la vitesse du jeu et les mises en échec faisant partie intégrante du hockey, les contusions musculaires sont nombreuses. Ce malgré les protections. Que ce soit par une mise en échec ou un tir de rondelle, les muscles subissent énormément d’impacts. Ces coups provoquent des micro-déchirures musculaires et donc de petites hémorragies. On parle alors de contusion musculaire, que l’on remarque plus communément par ce qu’on appelle un « bleu ». Bien qu’il n’y en ai pas toujours un.

#5 La tendinopathie de la coiffe des rotateurs.

Comme pour le CrossFit, la tendinopathie de la coiffe des rotateurs est très présente chez les joueurs de hockey. La répétition du mouvement du tir en est la cause principale. D’autant plus que les joueurs ont tendance à toujours faire ce mouvement du même côté du corps. Il s’agit donc d’une blessure de surutilisation. À force d’être utilisés les tendons des muscles de la coiffe des rotateurs sont irrités.

#6 Le syndrome d’accrochage de la hanche

accrochage abutement hanche

Même si la majorité des traumatismes au hockey sont dus à des contacts, certaines blessures sont également causées par des mauvais mouvements ou de la surutilisation de certains muscles. C’est le cas de l’accrochage de la hanche. Si au départ les prédispositions génétiques peuvent jouer en défaveur de l’athlète, ce sont les mouvements répétitifs qui provoquent le syndrome d’accrochage.

Les gardiens sont les plus touchés. La position papillon amène les hanches en rotation interne et provoque une charge répétitive sur celles-ci. Les autres joueurs ne sont pas non plus épargnés par cette pathologie. La flexion et l’adduction de la hanche qu’ils effectuent lorsqu’ils patinent sur la glace est une des causes majeures. En particulier lors des virages.

Pourquoi consulter un physiothérapeute ?

Un physiothérapeute aura une approche pour vous permettre un retour sur la glace rapidement. Chez Nxt Génération PHYSIO, nous offrons une prise en charge rapide de votre blessure afin d’établir un plan de traitement unique et adapté. Il s’agit d’instaurer un travail d’équipe avec le patient pour proposer des exercices spécifiques et gestion du stress mécanique.

Catherine Senez

Lors de votre premier rendez-vous le physiothérapeute procédera à une évaluation complète de ces éléments :

– Mobilité de l’articulation blessé

– Stabilité articulaire

– Capacité fonctionnelle

– Force musculaire

Une fois l’évaluation effectuée, le physiothérapeute commence directement le traitement de la blessure. Si vous avez des douleurs similaires à celles décrites plus haut, contactez-nous. Notre équipe est là pour vous rassurer et répondre à toutes vos questions.

Nouvelle précédente

Que faire une fois la saison de golf terminée ?

Nouvelle suivante

5 conseils pour améliorer sa posture en télétravail

Suivez-nous:

Autres nouvelles

Les nouvelles semblables à celle-ci